L'Eau en France

La Gestion de l'Eau en France

L'approvisionnement en Eau de la France s'effectue à 63% par pompage dans les eaux souterraines et à 37% par pompage dans les eaux de surface (cours d'eau, fleuves,...). Chaque bassin versant (zone d'approvisionnement en eau) des grands cours d'eau Français est géré par agences-de-l-eau.jpg une Agence de l'eau (Etablissement public dépendant du ministère chargé du Développement Durable) et ayant pour mission de réduire les pollutions et de veiller sur les rivières , avec la mise en oeuvre des SDAGE (shèmas directeurs d'aménagement et de gestion de l'eau) qui sont les plans de Gestion de la Loi cadre sur l'eau du 30 Décembre 2006 favorisant une gestion équilibrée et économe des ressources en eau, l'alimentation en eau potable, la préservation des milieux aquatiques, la régulation des crues, et le développement durable des activités économiques . . . Elles sont au nombre de six :

L'Agence Adour-Garonne pour la région 'grand Sud-Ouest',

L'Agence Rhône-Méditerranée pour le Sud-Est et la Corse,

L'Agence Rhin-Meuse pour la région Nord-Est,

L'Agence Loire-Bretagne pour les régions 'Centre et Ouest',

L'Agence Seine-Normandie pour la région Parisienne jusqu'à la Manche

et l'Agence Artois-Picardie pour le Nord de la France.

Tarifs et Gestion de l'eau en question :

hausse-du-prix-de-l-eau-1998-2008.jpgAvant toutes choses, il faut savoir que l'eau de pluie est gratuite tout comme l'eau des rivières et des lacs, mais non potable(déminéralisée, polluée, etc), et que le coût de l'eau du robinet se décompose en trois parties (hors abonnement pour la locationdu compteur) : le coût de sa Distribution, le coût de son Assainissement et les diverses redevances et Taxes, avec une hausse moyenne en quinze ans (de 1994 à 2009) pour l'eau du bassin d'Île de France de +73% pour les taxes et les redevances (+3,7%/an), de +40% pour la distribution d'eau (+2,3%/an par le SEDIF)et de +96,7% pour l'assainissement (+4,6%/an), pour une augmentation totale de la facture TTC de +63% (+3,3%/an), soit plus du double de l'inflation sur cette même période (+24,4% soit +1,5%/an) ! . . . Quoi que l'on en dise, l'eau du robinet (3,39€ le m3=0,0034€ le Litre) est majoritairement potable et son prix reste 100 à 300 fois moins élévé que celui de l'eau en bouteille (de 0,35€ à 1,10€/L) qui produit en plus de nombreux déchets (films et bouteilles pvc et emballages) qui peuvent alors représenter jusqu'à 10kg/an/personne et 2 à 3 m3 en volume, par an et par famille !

Représentation par département du prix total ttc de l'eau potable en 2008, qui comprend le coût 'distribution + assainissement, les redevances et les taxes, pour une part de plus en plus lourde dans les budgets ! Bien que les Agences de l'eau soient des Etablissements publics, l'assainissement et la distribution de l'eau qui sont à la charge du contribuable, sont gérés majoritairement par le secteur privé par le biais de délégations de services publics consenties par les communes . . . prix-fr-m3-2008.jpg Inutile de se demander pourquoi le prix de l'eau en France est parmi les plus chers d'Europe (sans compter l'assainissement ni les taxes : 1,19€ en 2005 et 1,30 en 2008) ni pourquoi les tarifs de distribution et d'assainissement sont de plus en plus chers, alors même que le réseau de distribution 'public' est amorti depuis longtemps déjà, mais n'a prix-eau-europe-2004-2005.jpgjamais reçu qu'un entretien minimum très insuffisant pour un taux de renouvellement ridicule de 0,6% (d'ou un taux moyen de fuites en France de 22% en 2008), ni pourquoi c'est à l'usager de payer une dépollution plus que coûteuse en stations d'épuration pour enlever de plus en plus de nitrates et de pesticides afin de rendre l'eau potable, alors que depuis que la Loi sur l'eau existe (2006), c'est le principe de pollueur-payeur qui devrait être appliqué !  Et alors que la Loi "Grenelle 1" avait fixé comme objectif d'avoir 2/3 des masses d'eau en bon état d'ici à 2015, la France s'est faite condamnée par la Haute cour de Justice Européenne en 2011 pour non respect des normes sur les nitrates et les pesticides ! . . . C'est avant tout un problème de gouvernance qu'il faut remettre en question étant donné la répartition tripartite des Agences de l'eau composées de représentants : 1/3 = collectivités territoriales (choisis parmi les membres du Comité de bassin) + 1/3 = l'Etat, et 1/3 = usagers de l'eau (parmi lesquels les agriculteurs y sont sur-représentés par rapport à leur nombre comme à leur part de PIB) . . .

La consommation d'Eau en France :

Comme le montre la carte de France ci-jointe la quantité d'eau consommée varie du simple au double selon la région : conso-fr-2008.jpg de 109L/personne/jour dans la région 'Nord-Pas de Calais' à 228L/pers/jour en région 'PACA'. . . Sachez aussi que la consommation d'eau moyenne varie selon l'âge des personnes, puisque si un adulte consomme autour de 165L/jour et une personne agée autour de 109L, un enfant ne va consommer que 69L/jour . . . Pour mieux gérer sa consommation d'eau, il faut aussi faire très attention aux fuites: un robinet qui goutte c'est jusqu'à 100L d'eau perdus/jour et une chasse d'eau, jusqu'à 1000L d'eau perdus/jour; car si chez le particulier les fuites peuvent représenter jusqu'à 10% de pertes , sur le réseau de distribution collectif, c'est 20 à 50% de pertes que l'on peut relever en moyenne dans 54% des communes de France, comme à Nîmes dans le Gard (41%), et jusqu'à plus de 50% de pertes dans 5% des communes, à cause de la vétusté d'un réseau qui n'a jamais été restauré ; ce qui nous montre aussi les limites des délégations de services publics !

Répartition de la consommation des ménages :

Exemples de répartition de la consommation en eau d'un ménage (en %) relevé sur le site de l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie), établissement public à caractère industriel et commercial dépendant du ministère en charge de l'Ecologie et du Développement Durable. Chaque "point d'eau" ou "point de puisage", en terme plus professionnel, représente chaque poste de sortie présent sur le réseau de distribution, que ce dernier soit collectif ou privé (évier, lavabo, douche, baignoire, wc, urinoir, etc) . . . 

conso-eau-poste-par-poste.jpgSachez ainsi qu'il faut compter pour les usages intérieurs, en moyenne 150L à 200L par Bain, pour 60L à 100L par Douche (pour 4 à 6 mn), qu'une vaisselle à la main consomme de 30L à 80L d'eau contre 15L à 40L en machine selon le modèle de lave-vaisselle utilisé (d'où aussi l'importance de bien choisir son électroménager en fonction des indications qui sont aussi portées sur l'étiquette "énergie" obligatoire), de même que pour le lave-linge qui peut comporter une touche 'éco' ou 'demi-charge' et qui va consommer de 40L à 130L selon ses performances. Les wc sont aussi très gourmands en eau, puisqu'il part du réservoir entre 9L à 12L d'eau à chaque utilisation des toilettes, ceci en moyenne 4 à 5 fois par jour... Quant aux usages extérieurs : remplir chaque année la piscine c'est 500L/m2 de plan d'eau, arroser le jardin nécessite 15 à 20L d'eau par m2 et laver la voiture, c'est à chaque fois 200L d'eau potable consommés ! . . . Selon l'IFEN, en France, la consommation moyenne s'établie à : 165 litres/jour pour un adulte (moyenne en 2004 selon IFEN, en augmentation régulière) alors que pour les usages collectifs dans un même appartement :

  • Une personne consomme annuellement 55 m³ dont 18 m³ d’eau chaude sanitaire
  • Deux personnes consomment annuellement 90 m³ dont 30 m³ d’eau chaude sanitaire
  • Trois personnes consomment annuellement 120 m³ dont 40 m³ d’eau chaude sanitaire
  • Quatre personnes consomment annuellement 150 m³ dont 50 m³ d’eau chaude sanitaire

Tout calcul d'économies, devra obligatoirement être modulé par l'usage et l'utilisation qui est faite de vos points d'eau, car effectuer un calcul d'économies à partir d'une consommation globale en appliquant un simple % moyen d'économie sur une consommation moyenne qui peut ne pas être représentative de votre consommation personnelle est entièrement FAUX ! . . . Il est nécessaire de calculer en premier lieu, la part de votre consommation qui est réductible, afin d'adapter les résultats à votre cas personnel . . . d'autant plus que la part réductible peut être de 15% seulement comme de 96% (cf. tableau), et que 50% d'économies sur une part de 15% réductible (si vous ne prenez que des bains et n'utilisez que votre électroménager pour le linge et la vaisselle) ne va représenter que 7,50% d'économies réelles, alors que 50% d'économies sur une part réductible de 96% va représenter une économie réelle de 48% ! Aussi la méthode de calcul des économies la plus honnête et réaliste consiste en une comparaison poste par poste de votre consommation, mais attention là aussi, à usage et à utilisation identique . . . ce qui veut dire que si vous ne prenez que trois douches par semaine et que l'on vous fait un calcul d'économies qui se base sur une douche par jour, le résultat sera FAUX ! d'où l'importance à accorder aux renseignements qui vous sont demandés sur les usages et habitudes d'utilisation de vos différents points de puisage ! . . .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site